Ma tactile

 

 

 

1.

Sur les ailes d’un papillon géant

Je m’envole au-dessus de l’océan

Pour suivre celle pour qui mon cœur vibre

Celle dont la seule pensée m’enivre.

De là-haut j’aperçois si bien mon ombre,

Les contours de ma vie et ses décombres ;

Je veux les donner en ce matin blême

À celle qui me fait être et que j’aime.

 

 

 

2.

Je vois les méandres de mon enfance,

Les crevasses dont je sens les souffrances,

Tous ces vieux démons qui me font aussi

Être heureux comme je suis aujourd’hui.

Je vois toutes les failles de mon être,

Ces ouvertures, comme des fenêtres,

Par lesquelles je fuis et où tu entres

Et fais de ma vie offerte ton antre.

 

 

3.

Et je vois de ma vie tous les bonheurs,

Toutes les joies qui font battre mon cœur,

Qui me font me dire et puis respirer,

Qui me font rire et à nouveau chanter.

 

 

 

4.

Cette mosaïque multicolore,

Cette vie, je veux l’explorer encore,

La partager avec toi, face à face ;

Demeure à mes côtés, fais-m’en la grâce.

Quand parfois je suis géant malhabile

Ne te referme pas, toi, ma tactile…

Ouvre-moi ton cœur, ouvre-moi tes ailes

Mon jardin, mon trésor, ma toute belle.

 

 

 

5.

Sur les ailes d’un papillon géant

Je m’envole par-delà l’océan

Pour chercher celle qui m’a fait revivre

En feuilletant les pages de mon livre.

Plus je monte haut et plus grandit mon ombre

Elle devient aussi beaucoup moins sombre

Je ne veux pas te perdre, toi que j’aime…

Et voilà que je me trouve moi-même.